Interview with Lysiane Rakotoson

with Claire Trévien-

Pour une version française de l’entretien, voir ci-dessous.


Claire Trévien You might only be 26 years old but you are among the rising stars of poetry in France with a well-received first collection, published by Cheyne, which won the prestigious Prix de la Vocation in 2010. What made you choose the slightly odd path of a poet?

Lysiane Rakotoson I fell instantaneously in love with poetry when I discovered it in college. I was very lucky that my literature teacher at the time was such an attentive reader. I haven’t stopped writing since. So it’s difficult to say what made me choose this ‘path’, if not love for writing. That answer will probably seem a bit simple, but there’s nothing else I can say. I wasn’t filled by a desire to get published; I wasn’t projecting into the future.

CT How does one become a poet in France today? Do you get the feeling that there are certain obligatory rites of passage towards that status?

LR I don’t think there are obligatory rites of passage in poetry. But if by ‘poet’ you mean being recognized as one by fellow poets, readers, and publishers, then I’ll say that even if there aren’t necessary steps, there are certain special places that allow you to be read: you have to find the publishers, read the magazines, read contemporary collections of poetry, attend public readings. On his blog, Poésie Maintenant, Pierre Maubé gives lots of great advice to those who would like to get their poems published. The general idea of this open letter to poets is this: to get your poems published, you must read and know the poetry of your contemporaries. You must also encourage poetic endeavours, by supporting audacious initiatives such as the creation of new zines for instance.

CT I agree completely, before being an author, you must be a reader! You seem to have poetic links with Paris, but also the regions beyond it. Do you find poetry well distributed and represented in France?

LR Yes, poetry seems well represented in France to me. Even if our country is well known for its centralised system and the predominance of Paris, many poets live outside of the capital and cultivate that distance. Poetry festivals also flourish far away from the Eiffel Tower: Les Lectures sous l’arbre in Haute-Loire, les Voix Vives in Sète, les Voix de la Méditerranée in Lodève… Poetry is thus represented by those who write it, but also by the publishers who deliberately install themselves in the countryside (this is the case with Cheyne for instance).

Poetry is everywhere in France, initiatives like the Printemps des Poètes prove it, but it also remains at the same time quite clandestine. I have noticed however that it still struggles to make room for young people, as well as female voices. Festivals flourish, publishers too. It seems to me that something doesn’t always circulate beyond. An undeniable spirit of seriousness continues in poetry and sadly segregation persists.

CT That’s a problem we encounter on this side of the Channel too sadly. One of the ways of democratising poetry I find is through YouTube for instance, which is playing a stronger role in the diffusion of Anglophone poetry. This seems to also be the case in France, with poets such as Laura Vasquez. Is that a fair comment? What do you think about the role of technology for communicating poetry?

LR YouTube, SoundCloud are indeed being increasingly used to share poetry. Many of us believe that orality is the body of the text. The book as an object remains still very sacred in France but poets are starting to invest in new territories. A new initiative, Appelle-moi poésie has, for instance seen the light of day. François Bon on the other hand has published online his backlist on It’s about creating a space of living poetry where texts are read and interpreted (I insist on that word) by poets and performers. The Internet can be a formidable bridge for poetry as she can make it live and be heard. A poem pounds, it vibrates, it sings, it rages! YouTube is a great medium to allow a poem to be heard, to offer it to the world. It’s not just about sharing poetry, but also transforming the poetic object.

As far as I’m concerned, I feel that new technologies must be used to invent new forms of communicating poetry. We can’t let the digital replace books. Instead we should invent a way of using it. Having said that, I don’t think new technologies should replace the page. A text on a page slows you down, lets you wander. It offers itself naked, without interpretation. The reader creates the poem too by reading it. It’s necessary to protect that site of freedom.

CT If you could change one thing in the world of poetry (whether the content, or the mode of publication,…) what would it be, and why ?

LR The most interesting thing for me is to improve the transmission of poetry. My passion is to make people discover poetry who are unfamiliar with it, who don’t read it. It’s vital to work at the emancipation and awakening of young people and poetry plays an important role in this. It’s a way to conquer your freedom as a reader, to approach a less linear way of reading, to feel the less intellectual dimensions of literature…. Poetry in France shouldn’t be just the domain of intellectuals and academics, and those wanting to renovate our language. Poetry can let in more people. School is where that battle is decided.

As for the content, diversity is what makes literature so rich. I would never wish that poetry were just this or that. However, I do like making a plea for more joy and lyricism in poetry, free of embarrassment. I think we confuse too often profundity and gravity, seriousness and quality. A poetry of celebration can sometimes seem naïve, can exasperate. It’s not about flat sentimentalism or wearing a stupid smile. I think that joy in poetry is still finding its place, as if one has to constantly confirm and feed its neurosis to write something of value.

CT You’ve previously mentioned Albert Camus, Clément Rosset and Michel Serres as influences. Do you have other voices, less well-known in the UK, that you would like to recommend?

LR Really hard to choose, there is a multitude of voices! I would recommend reading Déborah Heissler (some of her works have been translated into English: Près d’eux, la nuit sous la neige, Cheyne, 2005). Her website gives a beautiful glimpse of her poetry and even features some recordings of some of her texts. I would also recommend reading Franck André Jammes, especially Récitation de l’Oubli, a collection written while he was recovering from a serious accident in India.

CT In reverse now, I’d be interested to know what Anglophone poets have crossed the language barriers and are well-known in France (if any!)

LR Numerous Anglophone poets are known to French readers. Keats, Blake, Milton, Walt Whitman are amongst the most famous. Amidst the more contemporary ones, Sylvia Plath is especially well-known here. Dylan Thomas too, and Kenneth White. We have the tendency to think foreign poetry is more difficult as the original text will always be a little lost in translation. But reading English-language poets is much more frequently done today, whether in translation or in the original language. On my bookshelves, the Anglophone poet that counts the most is without a doubt Sylvia Plath. She’s left behind an incredible body of work.

Some organizations or journals such as Double Change, try to make French and American poetry meet. But these initiatives are not well known to what we call the ‘general public’.

CT At Sabotage Reviews, we are very interested in poetry magazines, I wonder if you have French magazines to recommend. What makes them special to you?

LR I particularly love two magazines. The first is called A Verse: it was created by two young women studying at the Sorbonne. This magazine is unusual because it’s been founded and edited by young people, especially women. They particularly want to publish young authors and introduce new voices to readers. It’s one of the only magazines that I know that concentrates on young authors.

The second magazine is called Aka. It’s magnificent, only 70 copies get printed and it’s hand-sewn. To subscribe you have to sign up on tumblr. Each issue of Aka is built around a theme: a phrase, a word, a reflexion.

CT Your poems often speak of frontiers, and of spatial negotiations in your descriptions of the external world… As a woman in an environment that still seems quite masculine, do you think that this is in part a way of reclaiming poetic space?

LR Personally, I always have the feeling that writing is a way of reclaiming poetic space. I sometimes feel it’s a fight. I don’t know if that’s specific to being a woman. I think of those lines by René Char, who wrote in ‘Commune Présence’:

‘You are in a rush to write
as if you were late to life
indeed, you are late to life
the inexpressible life
the only one in fact that you’ve signed up to
the one that is refused to you every day by beings and by things
from which you obtain here and there small skeletal fragments
at the end of a merciless fight.’

To answer your question, if you look at those editing or being edited it is indeed quite a masculine environment. Yet, the majority of audiences at festivals, at reading and writing workshops are women! Things are fortunately changing. Poetic heavyweights like Marie-Claire Bancquart could bear witness to being a woman and a poet in France in a different age. Today, the poetic space is open. You mentioned Laura Vasquez, I could also speak of Déborah Heissler or Blandine Merle, both edited by Cheyne. Similarly, the magazine A Verse was founded by enlightened amateurs in love with poetry!

CT What advice would you give to a poet just starting out?

LR I feel like a beginner myself in the sense that when I write I am in the state of mind of a beginner. I don’t feel more experienced as time goes on. Let’s just say I’m getting more refined! I therefore don’t feel capable of giving advice!

CT Finally, if you had to give an identity or a definition to contemporary poetry in France, what would it be to you?

LR That’s the hardest question as the poetry is so varied and diverse! From experimental poetry to lovers of poetic art-books, from minimalism to flamboyant lyricism, French poetry doesn’t have just one face.


Entretien avec Lysiane Rakotoson

Claire Trévien A seulement 26 ans, vous avez déjà un beau parcours derrière vous, avec un premier recueil avec Cheyne qui a été très bien reçue (notamment avec un prix de la vocation). Qu’est qui vous a poussé à suivre cette voie hors-norme ?

Lysiane Rakotoson La découverte de la poésie au lycée a aussi été un coup de foudre. J’ai eu la chance de trouver un lecteur attentif en mon professeur de Lettres de l’époque. Je n’ai pas cessé d’écrire depuis. Difficile donc de dire ce qui m’a poussé à suivre cette “voie”, si ce n’est l’amour de l’écriture. Cette réponse semblera probablement un peu simple, mais je ne peux dire autre chose que cela. Je n’ai été habitée par aucun désir de publication au départ, je n’ai rien projeté.

CT D’après vous, comment devient-on poète en France aujourd’hui ? Avez-vous un sentiment d’échelons et de passage obligatoire?

LR Je crois qu’il n’y a pas de passage obligatoire en poésie. Mais si par devenir poète vous entendez être reconnu comme tel par des pairs, des lecteurs et des éditeurs, alors je dirais que s’il n’y a pas d’échelons à gravir, il y a des lieux privilégiés qui permettent de se faire lire : il faut aller chercher les éditeurs, lire les revues, lire les ouvrages de poésie contemporaine, se rendre à des lectures publiques. Sur son blog Poésie Maintenant, Pierre Maubé donne de très bons conseils à ceux qui voudraient publier des poèmes. L’idée générale de cette lettre ouverte aux poètes est la suivante: pour faire publier ses poèmes, il faut lire et connaître la poésie de ses contemporains. Il faut aussi faire vivre la création poétique en soutenant les initiatives audacieuses que sont les créations de revues par exemple.

CT Je suis complètement d’accord, avant d’être auteur, il faut être lecteur ! Vous semblez avoir des liens poétiques avec Paris, mais également les régions. Trouvez-vous que la poésie est bien représentée en France ?

LR Oui, la poésie  me semble bien représentée en France. Même si notre pays est bien connu pour son fonctionnement centralisé et la prédominance de Paris, de nombreux poètes vivent en région et cultivent cette distance. Les festivals de poésie eux aussi fleurissent bien loin de la Tour Eiffel: Les Lectures sous l’arbre en Haute-Loire, les Voix Vives à Sète, les Voix de la Meditéranée à Lodève… La poésie est ainsi représentée par ceux qui l’écrivent, mais aussi par les éditeurs qui choisissent de s’installer délibérément à la campagne (comme ce fut le cas de Cheyne).

En France, la poésie est partout comme l’attestent les manifestations du Printemps des Poètes par exemple, mais reste en même temps très confidentielle. J’observe cependant qu’il peine à faire la part belle aux jeunes gens ainsi qu’aux voix féminines.  Les festivals fleurissent, les éditeurs aussi. Mais selon moi, quelque chose ne circule pas toujours bien. Un indéniable esprit de sérieux subsiste en poésie et malheureusement l’entre-soi prédomine encore.

CT C’est un problème qu’on rencontre aussi hélas de ce côté de la manche. Une des manières de démocratiser la poésie je trouve, est à travers YouTube, qui a un rôle de plus en plus important pour diffuser la poésie dans le monde anglophone. J’ai remarqué que cela semble être aussi le cas en France, notamment avec des poètes comme Laura Vasquez. Est-ce une remarque juste ? Que pensez-vous du rôle de la technologie pour la distribution de poèmes ?

LR Youtube, SoundCloud sont de plus en plus utilisés pour diffuser la poésie, effectivement. Nous sommes nombreux à penser que l’oralité reste le corps même du texte. L’objet livre reste toujours très sacré en France mais des poètes comment à investir un nouveau terrain. Une nouvelle initiative a par exemple vu le jour : Appelle-moi poésie. François Bon a quant à lui ouvert son catalogue à la publication numérique sur  Il s’agit de créer un lieu de poésie vivante où les textes sont dits et interprétés (j’insiste sur ce mot) par des poètes et des performeurs. Internet peut devenir une formidable passerelle pour la poésie car elle peut la faire vivre, entendre. Un poème, ça palpite, ça vibre, ça chante, ça tonne! Youtube est un média merveilleux pour donner à entendre un poème, pour l’offrir au monde. Il ne s’agit donc pas seulement de diffuser la poésie, mais de transformer l’objet poétique.

Je pense pour ma part que les nouvelles technologies doivent être utilisées pour inventer de nouvelles formes de diffusion du texte. D’ailleurs, on ne peut pas laisser le numérique remplacer le livre. Il est plutôt temps d’inventer une manière de l’utiliser. Cela étant dit, je ne pense pas que les nouvelles technologies doivent remplacer le texte. Le texte permet plus de lenteur, d’errance. Il se livre nu, sans aucune interprétation. Le lecteur crée aussi le poème en le lisant. Il est nécessaire de protéger cet espace de liberté là.

CT Si vous pouviez changer une chose dans le monde de la poésie (que ce soit le contenu, ou le mode de publication,…) qu’est-ce que ça serait, et pourquoi ?

LR Ce qui est le plus intéressant est pour moi de travailler à la transmission de la poésie. Ce qui me passionne, c’est avant tout de faire entendre la poésie à ceux qui ne la connaissent pas, ne la lisent pas. Il est vital de travailler à l’émancipation et à l’éveil des jeunes gens et la poésie a un rôle très important à jouer en la matière. C’est un moyen de conquérir sa liberté de lecteur, d’approcher une forme de lecture moins linéaire, de toucher à la dimension moins intellectuelle de la littérature… La poésie en France ne doit pas se cantonner aux intellectuels, aux universitaires, aux férus de recherche qui voudraient rénover la langue. Elle peut s’ouvrir encore plus. Là où la bataille se joue, c’est à l’école.

Pour ce qui est du contenu, la diversité est ce qui fait la richesse de la littérature, il ne me viendrait pas à l’esprit de souhaiter que la poésie soit ceci ou cela. En revanche, j’aime plaider pour la joie et un lyrisme assumé. Je crois qu’on confond trop souvent profondeur et gravité, sérieux et qualité. Une poésie de la célébration peut passer pour naïve, peut exaspérer. Il ne s’agit pas d’être un lyrique bêta ni d’arborer un sourire niais. Je trouve que la joie en poésie trouve encore peu sa place, comme s’il fallait constamment confirmer et nourrir ses névroses pour écrire quelque chose de valable.

CT Vous avez auparavant citée Albert Camus, Clément Rosset et Michel Serres en tant qu’influences. Auriez-vous des nouvelles voix, moins connus outre-manche, à conseiller à nos lecteurs ?

LR Difficile de choisir parmi la multitude de voix! Je conseillerai la lecture de Déborah Heissler (certains de ses textes ont d’ores et déjà été traduits en anglais: Près d’eux, la nuit sous la neige, Cheyne, 2005). Son site donne un très bel aperçu de sa poésie et elle propose même des enregistrements sonores de certains de ses textes. Je conseillerai aussi la lecture de Franck André Jammes et plus particulièrement de la Récitation de l’Oubli, ouvrage écrit pendant sa convalescence suite à un grave accident en Inde.

CT Inversement, je serais curieuse de savoir quels poètes anglophones et d’ailleurs ont traversé les langues et sont connus en France (si il y en a) !

LR Nombreux sont les poètes anglophones connus des lecteurs français. Keats, Blake, Milton, Walt Whitman comptent parmi les plus célèbres. Parmi les poètes anglophones plus proches de nous, Sylvia Plath est particulièrement connue ici. Dylan Thomas aussi, Kenneth White. On a toujours eu tendance à penser difficile la lecture de la poésie étrangère car la traduction fait perdre quelque chose du texte original. Mais la lecture de poètes de langue anglaise est bien plus fréquente aujourd’hui, que ce soit en traduction ou en langue d’origine. Dans ma bibliothèque, le poète anglophone qui compte le plus est sans aucun doute Sylvia Plath. Elle a laissé une oeuvre magnifique.

Certaines associations ou revues comme Double Change ont pour projet de faire se rencontrer la poésie française et la poésie américaine. Mais il s’agit là d’initiatives peu connues de ce que l’on appelle le “grand public”.

CT  A Sabotage Reviews, nous nous intéressons beaucoup aux revue de poésies, je me demande si vous avez des revues françaises favorites à nous conseiller. Qu’est ce qui les rend spéciales à vos yeux ?

LR J’aime particulièrement deux revues. La première s’appelle A Verse: elle a été créée par des jeunes femmes étudiantes à la Sorbonne. Cette revue est singulière d’abord parce qu’elle est fondée et dirigée par des jeunes gens, qui plus est des femmes. Elle entend publier de jeunes auteurs et faire lire de nouvelles voix. C’est une des seules revues à ma connaissance qui donne sa place aux jeunes gens.

La seconde revue s’appelle Aka. Magnifique, elle tire à 70 exemplaires et est cousue-main. Pour s’y abonner il suffit de s’inscrire sur Tumblr. Chacun des numéros d’Aka est construit à partir d’une proposition : une phrase, un mot, une réflexion.

CT Vos poèmes parlent souvent de frontières, de négociations d’espace dans vos descriptions du monde extérieures….  En tant que femme dans un environnement qui me semble toujours plutôt masculin, pensez-vous que cela est en partie un exercice de réclamation de l’espace poétique ?

LR Personnellement, j’ai en permanence le sentiment qu’écrire est une manière de réclamer l’espace poétique. J’ai même parfois l’impression d’une lutte. Je ne sais pas si elle est propre au fait d’être une femme. Je pense à ces vers de René Char qui dans “Commune Présence” écrivait:

“Tu es pressé d’écrire
comme si tu étais en retard sur la vie
effectivement, tu es en retard sur la vie
la vie inexprimable
la seule en fin de compte à laquelle tu acceptes de t’unir
celle qui t’est refusée chaque jour par les êtres et par les choses
dont tu obtiens péniblement de-ci de-là quelques fragments décharnés
au bout de combats sans merci.”

Pour en venir à votre question, il s’agit bien d’un environnement plutôt masculin si on se place du point de vue de ceux qui éditent ou sont édités. À l’inverse, le public des festivals, des ateliers de lecture et d’écriture est majoritairement féminin! Les choses changent fort heureusement. De grandes voix françaises comme celle de Marie-Claire Bancquart pourraient témoigner de la difficulté d’être poète et femme en France à une époque. Aujourd’hui, l’espace poétique est ouvert. Vous avez évoqué Laura Vasquez, je pourrais aussi vous citer Déborah Heissler ou Blandine Merle qui ont été éditées chez Cheyne. De la même manière, la revue A Verse a été fondée par des amatrices éclairées, amoureuses de poésie!

CT Quels conseils donneriez-vous à un poète débutant ?

LR Je me sens moi-même débutante au sens où lorsque j’écris je suis dans l’état d’esprit du débutant. Je n’ai pas l’impression d’être plus expérimenté avec le temps. Disons que je m’affine! Je me sens bien incapable de donner des conseils.

CT Si vous deviez donner une identité, une définition, à la poésie contemporaine en France, qu’est-ce que ça serait pour vous ?

LR Cette question est la plus difficile tant la poésie est variée, diverse! De la poésie expérimentale en passant par les amoureux du livre d’art, de l’écriture minimaliste au lyrisme assumé, la poésie française n’a pas un seul visage.